Philippe Bilger : "La certitude que j'ai avec l'enseignement que je donne, c'est que vous n'ennuierez jamais"

Décryptages
TAILLE DU TEXTE

Philippe BilgerConnu pour son franc-parler, Philippe Bilger, magistrat honoraire, of counsel au sein de Luchtenberg Avocats depuis peu, a créé début 2012 un Institut de la parole, une formation qui a pour but d’apprendre à parler en même temps qu’on élabore sa pensée.

Avec sa formation, l'ancien avocat général à la cour d’assises de Paris, Philippe Bilger, promet que ses stagiaires n'ennuieront plus : "La parole s’oppose à l’éloquence.La parole est une preuve de l’existence de l’être, c'est-à-dire mettre ce que l’on est dans ce que l’on dit. La parole est une chance. Elle démontre l’existence d’un être. La certitude que j’ai avec l’enseignement que je donne c’est que vous n’ennuierez jamais. L’éloquence a toujours été la cerise sur la gâteau souvent vide ou très peu dense."

Une parole qui permet d’affirmer sa personnalité

Pour le Président de l'Institut de la parole, il n’y a pas de parole de qualité sans affirmation d’une personnalité. L’orateur a à compter sur lui-même tout en sachant en même temps s’oublier. L’exercice n’est pas simple et, pour réussir, impose spontanéité, sincérité et structuration intellectuelle pour intéresser et convaincre les auditeurs.

Cette formation s'adresse aussi bien aux professionnels de la parole publique désireux de s’améliorer qu’ « aux anonymes de tous âges confrontés au malaise d’une parole timide, maladroite, retenue ou même totalement bloquée ».

Elle prépare à tous types d'interventions, qu'elles soient médiatiques ou dans le cadre de la vie professionnelle.

Structurer sa pensée pour parler librement

L'objectif est d'arriver à parler en même temps qu’on élabore sa pensée, sans lire un document
Selon l'ancien magistrat, "c’est un exercice qu’on ne sait plus faire et qui impose une structuration intellectuelle rigide pour libérer spontanéité, liberté, fil du raisonnement et qualité du langage".
Contrairement à d'autres formations, il n'y a pas d'astuces ou de recettes mais il s'agit "de se fonder sur le capital humain qui nous est commun ou auquel on aspire – intelligence, liberté, inventivité, sincérité – pour convaincre, exposer, négocier, dialoguer".

Une formation de trois heures ou d’une heure en cas de crise

En ce qui concerne le déroulement de la formation, elle dure trois heures. Il s’agit d’identifier les forces et les faiblesses de la personne pour une parole libre. Cela repose à la fois sur la psychologie que sur la technique : "L’expression de la parole est indissociable de la personnalité, d’où une formation singulière fondée aussi bien sur la psychologie que sur la technique", explique Philippe Bilger.
La formation débute par la lecture d’un texte pour examiner le rapport au langage, le rapport aux mots. Puis, les personnes racontent les moments importants de leur vie personnelle.
Cela permet de voir la qualité de leur pensée, leur intuition, leur capacité à répondre correctement aux questions. « C’est une psychologie sommaire mais que je crois opératoire c'est-à-dire qui sert dans le cadre de la préparation du discours ».
La personne poursuit en choisissant un sujet et doit organiser ses pensées. Elle doit ensuite livrer un discours dans un temps préalablement défini. Philippe Bilger et son stagiaire font ensemble un bilan critique.
En général, les cinq minutes prévues se réduisent souvent à deux ou trois. Le principe fondamental à retenir est que la liberté et l’apparente improvisation exigent en amont une implacable structuration mentale.

L’Institut propose également une formation expresse, en une heure, permettant de préparer une prise de parole durant une crise interne ou externe à l’entreprise et toutes interventions politiques ou médiatiques.

Au final, cette formation a  pour ambition de changer le rapport qu’on entretient avec la parole et doit être perçue comme une chance qui va permettre à chacun, en la maîtrisant, de démontrer qui il est, ce qu’il vaut.

Arnaud Dumourier (@adumourier)