Coup de gueule de Frédéric Sicard : le Bâtonnier de Paris interpelle les candidats à la présidentielle sur le manque de propositions pour la Justice

Décryptages
TAILLE DU TEXTE

Frédéric Sicard, Bâtonnier de Paris Le Bâtonnier de Paris appelle les politiques à faire preuve de courage et d’ambition en matière de justice, pour répondre aux attentes des français.

A la veille de l'élection présidentielle, Frédéric Sicard, Bâtonnier du barreau de Paris, dénonce les conditions déplorables dans lesquelles la justice doit accomplir ses missions et l’absence de propositions fortes des politiques pour moderniser notre appareil judiciaire et répondre aux attentes des français.

La justice ne doit pas être encore ignorée du débat présidentiel 

Pour le bâtonnier de Paris, "Il n’y a pas de véritable analyse et on ne pose pas les bonnes questions", insiste Frédéric Sicard. "Quand on prétend à la magistrature suprême, on se doit de proposer une vision de ce que doit être la justice et le droit sur lesquels notre pays a été fondé", ajoute-t-il.
La 5e puissance économique du monde ne consacre que 0,22 % de son PIB à la justice (8,2 milliards d’euros en 2016, soit 72 euros par habitant), ce qui la relaie à la 23e place sur 28 en Europe* !
La justice ne doit pas être encore ignorée du débat présidentiel selon Frédéric Sicard.

Trois priorités pour la justice

Dans la perspective de moderniser l’appareil judiciaire, de lui donner les moyens de remplir ses missions et de favoriser un accès au droit pour tous, le barreau de Paris entend bien interpeller les candidats aux primaires. Le Bâtonnier et la Vice-bâtonnière les recevront individuellement pour connaître leurs réponses aux principaux enjeux auxquels notre justice est confrontée.

Frédéric Sicard distingue trois grandes priorités pour la justice

- Garantir l’audience
Face à la pénurie de magistrats, il propose de procéder à des recrutements extérieurs et de procéder très vite aux nominations des nouveaux magistrats. Le barreau de Paris dispose d’avocats formidables qui sont prêts à le devenir. Pourquoi ne fait-on pas appel à leurs compétences ?

- Garantir l’accès au droit
A l’exemple des grandes nations européennes, il propose de mener une réforme organique, notamment en faveur de l’Aide Juridictionnelle, afin d’assurer un financement pérenne et le relèvement du seuil de ressources pour en bénéficier.

- Garantir constitutionnellement les droits de la défense
Actuellement toutes les garanties en la matière ne reposent que sur des décrets qui peuvent être modifiés. Pour pérenniser ce droit, il est indispensable de lui offrir la plus haute des garanties.

*Source Conseil de l’Europe – Tableau de bord de la justice 2016.

Arnaud Dumourier (@adumourier)