La contrefaçon de médicaments représente une perte annuelle de 10,2 milliards d’euros dans l’Union européenne

Décryptages
TAILLE DU TEXTE

medicamentsSelon un rapport de l'Union européenne pour la propriété intellectuelle (EUIPO), les médicaments de contrefaçon coûtent 10,2 milliards d'euros par an au secteur pharmaceutique de l'UE.

Un nouveau rapport de l'Office de l'Union européenne pour la propriété intellectuelle (EUIPO) révèle que l’industrie pharmaceutique perd environ 10 milliards d’euros de recettes annuelles du fait de la présence de médicaments contrefaisants sur le marché de l’Union européenne (UE), ce qui correspond à 4,4 % des ventes du secteur.

Ce manque à gagner se traduit par la perte directe de 37.700 emplois dans le secteur pharmaceutique européen, les fabricants et les distributeurs légitimes de médicaments employant moins de personnes qu'ils ne le feraient en l'absence de produits de contrefaçon.

Si l'on tient compte des répercussions de la contrefaçon de médicament sur d'autres secteurs, 53 200 emplois supplémentaires sont perdus dans l'économie de l'Union.

Ainsi, si on ajoute les répercussions sur d’autres secteurs et sur les recettes publiques, lorsque les effets directs et indirects sont pris en considération, la contrefaçon dans ce secteur est à l’origine d’environ 17 milliards d’euros de pertes de ventes pour l’économie de l’UE, ce qui entraîne à son tour 91 000 pertes d’emplois et une perte de 1,7 milliard d’euros de recettes publiques.

"Grâce à l’analyse réalisée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), nous savons que des médicaments génériques et novateurs sont contrefaisants, qu'il s'agisse de traitements contre le cancer ou d'antidouleurs bon marché. Ces contrefaçons peuvent être toxiques et représenter un grave danger pour la santé. Notre rapport montre qu'elles ont également des répercussions importantes sur l'économie et sur l'emploi. Notre objectif est que nos données et nos études fondées sur des éléments probants aident les responsables politiques à élaborer des réponses au défi que soulève la lutte contre la contrefaçon de médicaments", explique António Campinos, directeur exécutif de l’EUIPO.

Arnaud Dumourier (@adumourier)