Le monde du droit

Vendredi 20 janvier 2017

  •  
  •  
  •  
Vous êtes ici : Entreprises PI Sonorisation d'un magasin par satellite : droit exclusif des producteurs de phonogrammes

Sonorisation d'un magasin par satellite : droit exclusif des producteurs de phonogrammes

Envoyer Imprimer PDF

La diffusion de programmes musicaux dans les lieux publics, y compris par voie satellitaire, relève du droit exclusif des producteurs de phonogrammes et non pas du champ de la licence légale et ne constitue pas une activité de radiodiffusion.

Une société de distribution propose à ses clients de sonoriser leurs lieux de vente par voie satellitaire.
Une société civile lui reproche d'avoir refusé de signer un contrat général d'intérêt commun et l'a assignée en paiement des sommes dues au titre des droits exclusifs de reproduction de ses membres producteurs de phonogrammes.

Pour s'y opposer, la société sonorisatrice soutient avoir exercé une activité de radiodiffusion par satellite relevant du régime de licence légale prévu par l'article L. 214-1 du code de la propriété intellectuelle.

L’arrêt de la cour d’appel de Toulouse, en date du 28 avril 2015, rejette la demande en paiement de la société civile, retenant que le service de sonorisation proposé par la société sonorisatrice correspond à une activité de radiodiffusion, relevant du régime de licence légale.

La Cour de cassation, dans sa décision du 14 décembre 2016, casse partiellement l’arrêt d’appel pour violation des articles L. 213-1 et L. 214-1 du code de la propriété intellectuelle, celui-ci dans sa rédaction issue de la loi du 1er août 2006, qui énoncent que l'autorisation du producteur de phonogrammes est requise avant toute reproduction, mise à la disposition du public par la vente ou communication au public de ces derniers.
De plus, lorsqu'un phonogramme a été publié à des fins de commerce, l'artiste-interprète et le producteur ne peuvent s'opposer à sa radiodiffusion et à sa câblo-distribution, ainsi qu'à sa reproduction strictement réservée à ces fins, effectuée par ou pour le compte d'entreprises de communication audiovisuelle pour sonoriser leurs propres programmes diffusés sur leur antenne ainsi que sur celles des entreprises de communication audiovisuelle qui acquittent la rémunération équitable.
Elle ajoute que selon la Cour de justice de l’Union européenne, la communication au public par satellite, au sens de l'article 1er, paragraphe 2, sous a), de la directive 93/83 du 27 septembre 1993, est réalisée si les signaux provenant du satellite, et non les programmes portés par ceux-ci, sont destinés à être captés par le public.
La Haute juridiction judiciaire relève ainsi que la radiodiffusion par satellite d'un phonogramme publié à des fins de commerce ne peut constituer une communication au public, à laquelle l'artiste-interprète et le producteur ne peuvent s'opposer, qu'à la condition que les signaux provenant du satellite soient destinés à être captés directement et individuellement par le public ou une catégorie de public.
En l’espèce, la diffusion des programmes musicaux litigieux est assurée, au sein de leurs magasins, par les clients du sonorisateur et qu’ainsi les signaux émis par ce dernier ne sont pas destinés à être captés individuellement et directement par le public ou une catégorie de public. Celui-ci n’exerce donc pas une activité de radiodiffusion.

© LegalNews 2017 - daoui lila


Bénéficiez d'un essai gratuit à LegalNews


LegalNews , veille juridique et comptable

  • Un service de veille multi-sources unique sur le marché : une ouverture sur l’ensemble des sources de références de l’information juridique
  • Chaque jour, la garantie d’être informé en temps réel de toute l’actualité indispensable à votre profession (alertes thématiques, alertes sur mots-clés…)
  • Une information claire, précise et rapide à appréhender, grâce à des synthèses élaborées par des spécialistes et l’accès direct aux textes officiels

LegalNews vous offre une surveillance exhaustive de l’actualité juridique (presse, revues juridiques, sources officielles et institutionnelles…). Recevez votre sélection d’informations sur-mesure en fonction de votre activité pour vous concentrer sur la véritable valeur ajoutée de votre métier.

Pour bénéficier dès maintenant d’un essai gratuit et sans engagement grâce au Monde du Droit, cliquez ici