Le monde du droit

Dimanche 31 juillet 2016

  •  
  •  
  •  
Vous êtes ici : Interviews / Portraits Jérôme Depondt, avocat, Président d'Eurojuris

Jérôme Depondt, avocat, Président d'Eurojuris

Envoyer Imprimer PDF

Jérôme Depondt, avocat, Président d'EurojurisLe Monde du Droit a rencontré Jérôme Depondt qui a été élu Président d'Eurojuris France lors de son 25ème congrès à Budapest les 26 et 27 janvier 2012.

Pouvez-vous vous présenter ?

Je suis avocat depuis 1985 et associé du cabinet IFL-Avocats depuis 1991. J'ai commencé dans le domaine du transport qui m'a notamment enseigné la célérité car dans ce domaine les délais sont très brefs. Je suis ensuite allé dans un cabinet belge où j'ai appris qu'un litige ne doit pas durer et pour ce faire il faut savoir transiger.

En parallèle de mon activité d'avocat, j'ai toujours été impliqué dans la vie de la profession au service de mes confrères. J'ai notamment été en charge des relations internationales de l'UJA de Paris dans les années 90, puis secrétaire général de L'AIJA (Association Internationale des Jeunes Avocats - 1992 à 1996) et membre du Conseil de l'Ordre du Barreau de Paris de 2006 à 2008. Après le Conseil, j'ai eu la responsabilité du « Bureau structures » du Barreau de Paris. Il s'agit d'une des composantes du Barreau entrepreneurial lancé le 5 avril dernier par l'Ordre des avocats de Paris.

Quelles sont vos domaines de compétence ?

J'exerce principalement dans le domaine du droit des affaires au service des entreprises.

Je pratique également du contentieux mais aussi la rédaction d'actes, le suivi juridique de structurations ou de restructurations d'entreprises.

Pouvez-vous nous présenter le réseau Eurojuris ?

Eurojuris France existe depuis 25 ans. C'est un réseau d'avocats organisé en association loi 1901.

Eurojuris France regroupe aujourd'hui 717 avocats au sein de 137 cabinets d'avocats répartis sur l'ensemble du territoire français, y compris les DOM-TOM, ainsi que des correspondants huissiers et notaires. Au total, Eurojuris France compte près de 900 membres et un chiffre d'affaires de 136 M€ en 2010.

Pourquoi rejoindre un réseau comme le vôtre ?

Quand on interroge nos membres, ils nous indiquent que c'est essentiellement pour les raisons suivantes :

- partager des valeurs communes

- se former et mutualiser les connaissances

- utiliser un réseau de correspondants (la postulation)

- l'appartenance à un puissant réseau national et international

Quels sont vos objectifs pour votre mandat de 2 ans en tant que Président d'Eurojuris France ?

Le réseau doit vivre un renouveau. Le constat est qu'auparavant, notre réseau fonctionnait sur l'échange de postulations. Ce modèle économique est révolu. Ce qui domine désormais c'est une implication du réseau plus grande dans le développement de la clientèle. Il s'agit d'une donnée économique importante, une approche plus moderne de ce qu'étaient les raisons d'origine.

Eurojuris France se doit tout en gardant sa spécificité (valeurs, formations, certification ISO, plateforme collaborative, forte présence internationale...), d'aller encore plus loin dans le partage des connaissances, des ressources juridiques, matérielles et humaines et de la pérennisation des savoir-faire au sein de ses offres de services.

Pour ce faire, nous travaillons sur un nouveau projet : « Eurojuris 2.0 ». Le résultat de cette réflexion sera présenté au plus tard en septembre 2012 à l'occasion d'une assemblée générale.

Ce projet a pour but d'adapter le réseau à l'évolution économique et aux évolutions des cabinets.

On observe que les cabinets membres du réseau ont évolué de différentes manières.

Il s'agit de faire valoir les points communs et mieux gérer leurs différences. Les services devront évoluer avec des services obligatoires et d'autres services à la carte.

Je souhaite également valoriser l'usage de la marque Eurojuris, faciliter les rapprochements des cabinets, trouver des solutions d'intégration au réseau des cabinets qui veulent nous rejoindre. Et permettre aux membres de bénéficiers d'un véritable retour sur investissement.

 

 

Propos recueillis par Arnaud DUMOURIER