Yann Padova, Associé, Baker McKenzie

Interviews
TAILLE DU TEXTE

Le Monde du droit a interrogé Yann Padova sur son arrivée au sein du cabinet Baker McKenzie.

Pourquoi avez-vous décidé de rejoindre Baker McKenzie ?

C'est le cabinet leader dans le domaine des technologies de l'information et du numérique à Paris. Du fait de la présence du cabinet dans 47 pays, les dossiers sont souvent très stimulants, avec des dimensions internationales et multi-juridictionnelles complexes.

Pouvez-vous nous décrire votre parcours ?

Il est assez atypique et m'a conduit à passer des "deux côtés" du miroir, celui du régulateur puis celui de l'avocat conseil. J'ai commencé ma carrière comme Administrateur de l'Assemblée nationale, principalement à la Commission des lois où j'étais en charge du droit des TIC et de la procédure pénale. J'ai été ensuite nommé Secrétaire général de la CNIL pendant 6 ans. Fort de cette expérience, j'ai rejoint Baker McKenzie d'abord comme Senior Counsel puis, après un passage en tant que Commissaire dans une autorité de régulation, comme Partner.

Qui a le plus influencé votre carrière ?  

D'abord Alex Türk, l'ancien Président de la CNIL, qui est un homme d'une rare indépendance d'esprit et visionnaire : il m'a donné ma chance en me choisissant comme Secrétaire général. Rémy Bricard et Laurent Szuskin ensuite, Partners chez Baker McKenzie, remarquables praticiens des TIC, et qui m'ont fait, eux aussi, confiance en me demandant de les rejoindre.

Quel est votre meilleur souvenir dans votre carrière ?

Etre parvenu à une solution juridique dans le cadre d'un projet de Big Data impliquant des échanges de données entre deux grands groupes, l'un de transport, l'autre de services.

Quels sont vos domaines de compétences ?

La protection des données personnelles, la cybersécurité et le droit des réseaux numériques.

Quelles sont, selon vous, les actualités marquantes de ces dernières semaines dans ces secteurs d'activité ?

La multiplication des cyberattaques dévastatrices qui démontrent que la cybercriminalité ne peut plus être cantonnée à la sphère technique du DSI : elle concerne le niveau stratégique de l'entreprise. L'entrée en vigueur du Règlement européen sur la protection des données (RGPD) qui se rapproche et qui va modifier en profondeur la vie des entreprises.

Qui conseillez-vous ?

Des entreprises de tous les secteurs (banques, assurances, web, grande distribution, pharmacie, etc.) car les données personnelles sont au cœur du développement des nouveaux services.

Quels sont vos objectifs pour ce cabinet ?

Conforter sa position de leader, en faire le cabinet de référence sur le RGPD et développer sa visibilité.

Propos recueillis par Arnaud Dumourier (@adumourier)