Olivier Mesmin, Associé Franklin

Interviews
TAILLE DU TEXTE

Le Monde du Droit a interrogé Olivier Mesmin qui vient de rejoindre Franklin en tant qu'Associée pour renforcer le département de droit fiscal.

Pourquoi avez-vous décidé de rejoindre Franklin ?

Le cabinet Franklin est un cabinet français indépendant avec une taille critique d’environ 80 avocats, très tourné vers l’international et fort de nombreuses pratiques d’excellence, dont une pratique immobilière reconnue avec deux associés de renom, Henry Ranchon et François Verdot, et une pratique fiscale avec un associé incontournable dans sa spécialité : Jérôme Barré. C’est le profil de cabinet que je recherchais. Mais au-delà du cabinet, c’est l’ « affectio sociétatis » avec les associés qui le composent qui a dicté mon choix.

Pouvez-vous nous décrire votre parcours ?

J’ai débuté ma carrière en 1986 au sein du cabinet HSD Arthur Young, devenu EY Société d’Avocats. Après quelques années en tant que fiscaliste généraliste, dont deux années passées à Bruxelles au sein d’Ernst & Young Europe où j’ai suivi l’actualité fiscale communautaire, je me suis intéressé à la fiscalité immobilière. Coopté associé en 1996, j’ai pris en charge le département fiscalité immobilière du cabinet. Par ailleurs, je me suis toujours beaucoup intéressé à la vie du cabinet et ai été membre du comité exécutif en charge de la gestion des ressources humaine. La loi sur la sécurité financière m’a conduit à quitter Ernst & Young pour rejoindre Baker & McKenzie en 2004 avec la volonté de développer la pratique fiscale immobilière. Membre du conseil de surveillance de Baker & McKenzie Paris pendant 6 années, j’ai eu la chance de participer à de nombreux projets Firme passionnants. Souhaitant vivre une expérience plus entrepreneuriale, j’ai rejoint le cabinet Fairway en 2015 avant d’intégrer le cabinet Franklin en juillet 2017.

Qui a le plus influencé votre carrière ?

Dominique Derveaux qui m’a recruté chez HSD Ernst & Young et m’a cornaqué pendant mes dix premières années professionnelles avant son départ chez Sales Vincent & Associés en 1995.

Quel est votre meilleur souvenir dans votre carrière ?

L’aventure du régime SIIC aux côtés de la Fédération des Sociétés Immobilières et Foncières où il m’a fallu concevoir, rédiger et négocier avec Bercy ce nouveau régime fiscal applicable depuis 2003 aux sociétés d’investissement immobilier cotées.

Quels sont vos domaines de compétences ?

Je suis avant tout fiscaliste. Depuis plus de vingt ans, je mets cette compétence principalement au service des acteurs de l’immobilier.

Quelles sont, selon vous, les actualités marquantes de ces dernières semaines dans ces secteurs d'activité ?

Les dernières élections avec les mesures notamment fiscales qui ont été annoncées devraient redonner de l’attractivité à la France et avoir un impact significatif pour mes clients.

Qui conseillez-vous ?

Beaucoup d’acteurs de l’immobilier mais pas seulement, des investisseurs institutionnels français ou internationaux et également des groupes privés.

Quels sont vos objectifs pour le cabinet ?

Contribuer à développer la pratique fiscalité des entreprises du cabinet en étroite coopération et synergie avec les autres pratiques du cabinet.

Propos recueillis par Arnaud Dumourier (@adumourier)