Le monde du droit

Jeudi 25 mai 2017

Vous êtes ici : A la Une Doctrine.fr veut libérer le droit

Doctrine.fr veut libérer le droit

Envoyer Imprimer PDF

Doctrine.frDoctrine.fr est un moteur de recherche juridique qui a pour but de rendre le droit accessible et transparent en constituant le plus grand fonds de jurisprudence jamais créé.

Fondée en février 2016 par, Nicolas Bustamante, Antoine Dusséaux, et Raphael Champeimont, Doctrine.fr a pour ambition de libérer le droit et de devenir ainsi le Google du droit.

L’idée est née pendant leurs études aux Etats-Unis, en Californie, où le secteur des Legal tech est en plein développement. A leur retour en France, les trois amis constatent que la recherche juridique est longue, coûteuse et peu pertinente. Aussi, ils décident de s’associer pour créer une base de données juridiques regroupant toute la jurisprudence et des commentaires de professionnels de droit : Doctrine.fr.

Devenir le Google du droit

nicolas bustamante"Il n’y a que 1% de la production jurisprudentielle française sur Légifrance. Notre objectif est de constituer la plus grande base de jurisprudence jamais créée. Tous les jours, nos robots collectent sur le web des décisions de justice. Nous avons aussi des partenariats avec des cabinets d’avocats pour l’envoi de leurs décisions. L’ensemble de notre fonds jurisprudentiel est gratuitement accessible sur Doctrine.fr", explique Nicolas Bustamante, le CEO de Doctrine.fr.

Pour ce faire, la legal start-up utilise le big data et les dernières recherches scientifiques en machine learning pour créer "la recherche juridique du futur". Les jeunes entrepreneurs revendiquent d’être le moteur de recherche juridique le plus rapide du monde avec un affichage de résultats en 0,1 seconde contre 45 secondes par recherche pour les éditeurs traditionnels.

Doctrine moteur

Outre la jurisprudence gratuite et des liens vers des articles publiés par des professionnels du droit, Doctrine.fr propose des fonctions avancées comme l’historique des recherche, un classement par domaines du droit, la gestion des favoris ou encore la recherche dans les motifs ou le dispositif…

Version premium

Mais la jeune pousse veut aller plus loin avec les services premium qu’elle vient de lancer. 1000 juristes ont été sélectionnés pour avoir accès à cette version premium. Par ailleurs, il est possible de s’inscrire à une liste d’attente pour bénéficier des services premium. Les inscriptions ont été limitées en raison de la puissance de calcul utilisée par les algorithmes pour apprendre des recherches des utilisateurs et personnaliser leurs résultats. Cependant, les partages sur les réseaux sociaux ou par email font remonter immédiatement en haut de la liste d’attente. Des accès sont ouverts toutes les 3 semaines.

Dans cette version premium, "doctrine chiffrée" permet d’analyser visuellement l’état du contentieux. Ce service affiche le nombre de décisions rendues selon le contentieux, précise si ce sont des décisions de rejet ou de cassation et prévoit son évolution. Il indique également les moyennes des dommages et intérêts ou des sanctions accordées dans un certain contentieux.

"Doctrine chiffrée permet aux professionnels du droit de comprendre l’évolution du contentieux, d’analyser visuellement les montants monétaires accordés ou encore d’identifier les motivations du juge. Tout ceci afin de faire gagner du temps aux professionnels du droit. Si Doctrine est si populaire aujourd’hui c’est parce que c’est devenu le meilleur avantage concurrentiel du juriste", précise Nicolas Bustamante.

Par ailleurs, la frise chronologique disponible sur chaque décision permet de naviguer aisément de la décision de 1ère instance à la cour statuant en dernier ressort en précisant si les décisions de première instance ou d’appel ont fait l’objet d’une cassation ou d’une annulation.

Doctrine frise

Enfin, la recherche par article permet d’afficher un article visé avec les jurisprudences associées.

Avec ces nouveautés, Doctrine.fr entend poursuivre son travail pour rendre le droit plus intelligible et accessible et prévoit des recrutements pour assurer les prochains développements.

Arnaud Dumourier (@adumourier)