Le monde du droit

Jeudi 25 mai 2017

Vous êtes ici : A la Une Les directeurs juridiques estiment qu’investir dans la technologie est une priorité stratégique

Les directeurs juridiques estiment qu’investir dans la technologie est une priorité stratégique

Envoyer Imprimer PDF

digital3Selon une enquête du cabinet Eversheds, les directeurs juridiques du monde entier estiment qu’investir dans la technologie est une priorité stratégique pour améliorer l'efficacité et les performances des juristes d’entreprise.

Le cabinet d'avocats international Eversheds a publié "The Looking Glass report", une *enquête qui analyse l’utilisation des outils et des besoins technologiques au sein des directions juridiques.

Cette enquête,  menée en partenariat avec Winmark,  auprès de 200 directeurs juridiques internationaux, met en exergue que l’adoption des innovations technologiques susceptibles de booster l'efficacité des juristes d'entreprise ne va pas encore de soi. 

Avantages de l'investissement dans la technologie

Avec pour priorité stratégique majeure d’accroître l’efficacité et l’influence de leurs départements, les directeurs juridiques (68 %) sont parfaitement conscients des avantages que l'investissement dans la technologie pourrait leur fournir ainsi qu’à l'ensemble de l'entreprise.

- 87 % souhaitent utiliser l’informatique pour améliorer le stockage et la récupération d'informations,
- 61 % aimeraient automatiser certaines tâches pour gagner du temps et se consacrer à des activités stratégiques plus exigeantes et, enfin,
- 60 % y voient un outil améliorant la gestion des flux de travail.

Même si la technologie vise à accomplir à leur place de nombreuses tâches au quotidien, 90 % des juristes interrogés ne craignent pas pour autant la suppression de leur poste. Ces derniers pensant qu'en raison de l’évolution de leur fonction, les effectifs resteront soit stables, soit même augmenteront.

Obstacles à l'évolution technologique

Parmi les obstacles identifiés comme freins à l’évolution technologique des pôles juridiques, l'étude note le peu d’engagement de l'entreprise pour fournir le budget requis, un manque de connaissances informatiques spécialisées et des différences de compétences informatiques au sein des équipes de juristes.
Ainsi, deux tiers des directeurs juridiques (64%) ont des difficultés à obtenir le budget afférent. Trois sur cinq (59 %) déclarent avoir des difficultés à intégrer les nouvelles technologies aux systèmes existants. Enfin, 56 % d’entre eux n'ont pas le temps qui leur serait nécessaire pour exploiter pleinement toutes les possibilités offertes par les innovations techniques.

De plus, alors que de nombreux juristes d'entreprise sondés déclarent avoir les compétences nécessaires pour utiliser la technologie, si on les interroge sur l’achat de solutions techniques, plus de la moitié (51%) se sentent hors de leur champ de compétences et incapables d’évaluer le potentiel d’un nouvel outil, ou ne peuvent pas consacrer le temps nécessaire à l’évaluation, ou encore ne sont pas en mesure d’estimer en quoi ces solutions pourraient les aider dans leur méthodologie. Près de la moitié (44 %) s’inquiètent d’éventuelles résistances au changement (de leurs équipes ou de leur entreprise) ; un tiers (33 %) d’entre eux craignant que leurs collaborateurs n'aient pas les compétences requises pour bien utiliser la technologie.

*A propos de l’enquête : Les résultats sont basés sur une enquête conduite auprès de directeurs juridiques/juristes d’entreprise Senior et d’associés (pour les cabinets d'avocats). Ils ont été complétés par des entretiens détaillés avec des experts juridiques et informatiques. Au total, plus de 200 participants ont contribué à cette étude menée par Winmark en partenariat avec Eversheds.

Arnaud Dumourier (@adumourier)