Le monde du droit

Mardi 30 mai 2017

Vous êtes ici : A la Une Présidentielle 2017 : le CNB et le barreau de Paris lancent chacun une consultation des avocats

Présidentielle 2017 : le CNB et le barreau de Paris lancent chacun une consultation des avocats

Envoyer Imprimer PDF

presidentielle2017 image2Le Conseil national des barreaux (CNB) et le barreau de Paris ont lancé respectivement une consultation auprès de l'ensemble des avocats de France, et des avocats parisiens. 

Le CNB a lancé jeudi, pour la première fois, une consultation de tous les avocats de France ouverte jusqu'au 31 décembre 2016, afin de formuler des propositions aux candidats à l'élection présidentielle.
Pour le CNB, il s'agit de "porter la voix de la profession auprès des candidats à la présidentielle 2017 sur les thèmes de l’avenir de la profession d’avocat, du fonctionnement de la justice, et des problématiques sociétales".
Le CNB utilisera les réponses des avocats pour interpeller les candidats à la présidentielle, et publiera les réponses que ces derniers lui auront faites en mars 2017.

De son côté, le barreau de Paris a lancé, le même jour, une consultation à destination des 28.000 avocats parisiens en ligne jusqu'au 6 janvier 2017.
Pendant un mois, les avocats parisiens pourront répondre à une trentaine de questions regroupées sous cinq grandes thématiques : la défense des libertés publiques et individuelles, la réforme et la modernisation de la justice, la modernisation de la profession d’avocat, le rayonnement de Paris et de la France comme places du droit ou encore l’accès au droit pour tous.
frederic sicardLes propositions finalisées seront soumises en février 2017 "pour engagement auprès des candidats à l’élection présidentielle sous la forme d’une lettre ouverte contenant quelques questions à leur encontre"
Pour le bâtonnier de Paris Frédéric Sicard, "Le Barreau de Paris se doit d’être un acteur central des débats présidentiels ayant trait à la justice. Nous devons porter des propositions fortes, soutenues par le plus grand nombre de nos confrères et avalisées par le grand public. La justice est trop souvent le parent pauvre des programmes politiques. Aussi, si des candidats veulent faire mentir cette fâcheuse tradition, le premier barreau de France aura cœur de les recevoir pour discuter sans concession de l’avenir de la justice. La porte de mon bureau reste ouverte."

Arnaud Dumourier (@adumourier)