Les cabinets d’avocats représentent environ 100.000 actifs

Décryptages
TAILLE DU TEXTE

avocats4L’Observatoire des métiers dans les professions libérales (OMPL) vient de publier une étude prospective sur l'évolution des cabinets d'avocats. Elle révèle que les cabinets d’avocats représentent environ 100.000 actifs dont 60% d’avocats exerçant dans 27.000 cabinets.

Réalisée à la demande de la CPNEFP (Commission paritaire nationale pour l’emploi et la formation professionnelle) des cabinets d’avocats, l'étude prospective sur l’évolution des cabinets d’avocats de l'OMPL* permet d’évaluer les besoins en matière de formation et d’emploi.

 Les principaux enseignements 

L'étude de l'OMPL permet de tirer quatre principaux enseignements :     

  • Hétérogénéité des cabinets : elle résulte de la diversité des activités, des clientèles, des types de barreau, de la taille du cabinet, des modes de facturation, et enfin des différences d’organisation.
  • Deux métiers plus largement répandus : secrétaire administratif/juridique et assistant juridique. Dans les cabinets de plus grande taille, les juristes et les métiers support (informatique, gestion des ressources humaines, communication, documentation...).
  • Évolution importante du nombre d’avocats : l’activité de la branche continue de se développer et le nombre d’avocats est en nette croissance, tandis que le nombre d’emplois salariés reste stable. Cependant les données disponibles en l’état ne permettent pas de distinguer le conjoncturel (stabilité ponctuelle) et du structurel (amorce d’une baisse de long terme).
  • Transformation de l’organisation du travail : les technologies de l’information et de la communication (TIC), malgré leur arrivée tardive, ont profondément modifié le travail au quotidien et la relation au client, tandis que le nombre croissant d’avocats influe sur l’organisation du travail. La crise a un impact sur l’évolution de la branche. Le ratio moyen secrétaires/avocats est orienté à la baisse ; malgré tout, les deux structurations – cabinet/pool d’avocats sans secrétaire et équipe très « staffée » (c’est-à-dire avec un nombre conséquent de secrétaires et/ou d’assistants) – continuent de se rencontrer. Le statut de collaborateur libéral progresse tandis que celui d’avocat salarié est assez marginal. Dans les cabinets de taille importante, les fonctions support se renforcent tout en se professionnalisant. Hors les fonctions support, les besoins qualitatifs et quantitatifs d’assistanat et de secrétariat sont potentiellement à la hausse. Malgré tout, les avocats semblent s’orienter vers toujours plus d’autonomie. De plus, les nombreux jeunes avocats (collaborateurs) se voient confier des tâches qui auraient pu être dévolues à des juristes, des assistants juridiques voire des secrétaires.

100.000 actifs dont 60% d’avocats exerçant dans 27.000 cabinets

L'étude  de l'OMPL révèle que les cabinets d’avocats représentent environ 100.000 actifs dont 60% d’avocats exerçant dans 27.000 cabinets. 11.443 (42%) emploient 42 000 salariés soit environ 38.000 emplois équivalent temps plein, 3.000 sont des avocats salariés. 

69% des cabinets employeurs comptent un ou deux salariés (+ 14% en cinq ans), et 8% six salariés ou plus. Trois régions concentrent plus de la moitié des employeurs : Île-de-France (32%), PACA (12%) et Rhône-Alpes (10%).

Les emplois se répartissent en trois tiers :

  • 27% dans les cabinets de un et deux salariés qui regroupent 70% des employeurs ;
  • 8% dans les cabinets de trois à dix salariés qui constituent 27% des employeurs ;
  • 35% dans les cabinets de plus de dix salariés qui représentent 3% des employeurs.

etudeOMPL2016 cabinets avocats entreprises employeurs

L’exercice salarié : marginal et en retrait

L’exercice individuel et le salariat non associé progressent moins vite que les autres modes d’exercice. En particulier, le nombre d’avocats salariés se maintient, mais leur poids relatif est en retrait; désormais ce statut est mineur et a vocation à répondre à des besoins marginaux.

etude ompl2016 exercice

Une profession jeune et féminisée

Les femmes sont majoritaires dans la dans les cabinets : 54% des avocats et 89% de l’emploi salarié. 81 % occupent des emplois non-cadres. L’âge moyen est de 43,3 ans. Trois quarts des avocats ont moins de 50 ans.

etude ompl2016 profession jeune

Près de 70 % du chiffre d'affaires réalisé avec les entreprises

69% du Chiffre d’Affaires est réalisé grâce aux entreprises, alors que les particuliers sont prépondérants pour 27% des cabinets. Entre 1999 et 2007, on note une hausse de 73% d’entreprises-clientes, soit + 209% en termes de Chiffre d’Affaires. Les cabinets à activité mixte (généraliste ou avec des activités dominantes) sont majoritaires et les dominantes se développent. La moitié des avocats réalise chaque année au moins une mission d’aide juridictionnelle.

En 2012, le revenu annuel moyen de la profession s’est établi à 75.810 euros, tandis que le revenu médian s’est élevé à 45.718 euros, avec de fortes disparités au sein de la profession (le revenu moyen est supérieur de 66% au revenu médian). En 10 ans, le revenu annuel moyen a progressé de 22% en euros courants, soit 2% par an.

Des écarts sensibles de revenus

En 2012, le revenu annuel moyen de la profession s’est établi à 75810 euros, tandis que le revenu médian s’est
élevé à 45718 euros.
L’écart entre le revenu moyen et le revenu médian (le premier étant supérieur de 66 % du second) reflète des
disparités importantes des revenus au sein de la profession.
Les revenus varient fortement suivant la structure d’exercice, le secteur d’activité de l’avocat et son âge. »
En 10 ans, le revenu annuel moyen a progressé de 22 % en euros courants ce qui correspond à une augmentation de 2 % par an.

Source: CNB Observatoire, Les chiffres clés de la profession actualisés pour l’année 2014, mars 2015

Un avocat sur cinq quitte la profession

Après 10 ans, le taux de départ de la profession se situe entre 20 % et 30 %. Ce phénomène est plus accentué chez les femmes pour lesquelles il peut atteindre 35 %. Pour les années de référence 1994-2004, qui permettent d’avoir un recul d’au moins 10 ans, le taux femmes quittant la profession est, en moyenne, de 10 points supérieur à celui des hommes.

Les autres métiers au sein du cabinet d’avocat

Au côté de l’avocat, on trouve les secrétaires administratif/juridique et assistant juridique. Dans les cabinets de plus grande taille, s’ajoutent les juristes et les métiers support (informatique, gestion des RH, communication, documentation...).

Des salariés de plus en plus formés 

11% des stagiaires et 66% des heures de formation continue sont captés par les formations diplômantes ou certifiantes. C’est une situation assez classique dans les branches des entreprises libérales qui allouent un budget conséquent à la formation des nouveaux salariés. Elles durent en moyenne 325 heures contre 20 heures pour les formations non diplômantes.
En 2014, les avocats salariés, secrétaires juridiques, administratifs non-cadres, assistants juridiques concentrent 81% des heures de formation. Un quart des formations est consacré au droit et à son actualité. Viennent ensuite l’utilisation de logiciels, la bureautique : 17 %. L’anglais et les langues étrangères, le français : 14 %. Le développement de l’activité et la communication représente 6 % et 5 %. Les stages courts sont privilégiés : 74% durent moins de 16 heures en 2014.

Au total, Actalians (OPCA de la branche) a financé 13.147 stages en 2014, soit une augmentation de 66% du nombre de stagiaires par rapport à 2006 et de 16% du nombre d’heures de formation. Ce malgré une baisse des formations diplômantes et une augmentation des stages non diplômants.

Quelles évolutions pour l’emploi salarié ?

Sur la période 2007-2012, l’estimation de la croissance annuelle des effectifs salariés est de 1,3% selon la DADS et de 0,1% selon les données Actalians. Ce qui est assez bas compte tenu de la croissance annuelle des effectifs d’avocats (3,6%). Sur 10 ans, cela représenterait un retrait de 20% à 30% des salariés par rapport aux avocats (selon la référence retenue). Actuellement, il est difficile de déterminer si cette tendance va se poursuivre et si elle est liée à un contexte de développement des cabinets ralenti ou à l’augmentation du nombre d’avocats.

On remarque une évolution de la répartition des effectifs entre 2007 et 2012, sur la base des données Actalians :
- Une augmentation du nombre de cabinets d’un et deux salariés : 27% des effectifs salariés 2012 contre 24% en 2007
- Les cabinets de + de 50 salariés connaissent une légère croissance de leurs effectifs
- Les cabinets de + de 10 salariés ne représentent que 3% des cabinets employeurs, mais emploient 35% des salariés.

L'étude envisage trois scénarios pour la profession.

1. Une croissance qualitative et quantitative des effectifs salariés dans un contexte de développement de l’activité, de pro activité de la branche et des cabinets, et de ralentissement de la progression du nombre d’avocats ;
2. une tendance quasi stable
3. Un emballement des conditions induit une réduction des effectifs salariés par le non-remplacement d’une grande partie des départs.

Arnaud Dumourier (@adumourier)

________________


*L’OMPL est une association créée le 28 février 2005, par la signature d’un accord relatif à la formation professionnelle tout au long de la vie des salariés des professions libérales. Les signataires : l'UNAPL (Union Nationale des Professions Libérales) et les 5 syndicats de salariés représentatifs au plan national (CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, CGT-FO).
Ses missions
- Dresser un état général de l'emploi et des qualifications dans les entreprises libérales.
- Réaliser des études prospectives sur l'évolution des entreprises, de l'emploi et des qualifications à court et moyen terme.
- Répondre aux demandes spécifiques des CPNEFP (Commission Paritaire Nationale de l'Emploi et de la Formation Professionnelle) sur les questions emploi-formation.
- Organiser des journées de rencontre/débat en lien avec les problématiques d'emploi et de qualification dans les entreprises libérales.