Baker McKenzie : chiffre d’affaires record de 2,67 milliards de dollars

Vie des cabinets
TAILLE DU TEXTE

Baker McKenzie annonce un chiffre d’affaires record de 2,67 milliards de dollars.

Le cabinet d’avocats d’affaires international Baker McKenzie annonce un chiffre d’affaires global de 2,67 milliards de dollars pour l’année fiscale 2017, clôturée au 30 juin, en hausse de 5 % par rapport à l’exercice précédent à taux de change constant.

Baker McKenzie est le cabinet d’avocats d’affaires bénéficiant de la répartition géographique de ses revenus la plus équilibrée au niveau mondial : 26 % en Asie-Pacifique, 37 % en zone EMEA et 37 % sur le continent américain. Chaque région a vu son chiffre d’affaires augmenter de 4 % ou plus durant l’année fiscale 2017.

Paul Rawlinson, "Chairman of the Executive Committee" de Baker McKenzie, précise : « Malgré l’instabilité géopolitique actuelle, nous avons enregistré des résultats financiers record. Une augmentation du chiffre d’affaires de 5 % et des bénéfices de 1 % constitue une solide performance dans ces conditions difficiles. Pendant la dernière décennie, Baker McKenzie a augmenté son chiffre d’affaires de 50 %, sans opération de croissance externe majeure. Très peu de cabinets internationaux peuvent se féliciter de tels résultats. Nous avons également beaucoup d’autres raisons d’être fiers de cette année, marquée par une demande client record pour l’ensemble de nos services, le recrutement de nouveaux associés parmi les meilleurs dans leur domaine, le lancement réussi de notre plateforme d’innovation et le succès de nos investissements stratégiques de long terme à New York, à Londres et en Chine. Baker McKenzie est de plus en plus perçu par le marché comme ayant la meilleure image de marque parmi les cabinets d’avocats d’affaires au niveau mondial, mais aussi comme un cabinet innovant, pleinement intégré, doté d’une vision et d’objectifs clairs et d’une culture unique ».

« L’envergure de notre réseau mondial ainsi que les expertises pointues des 7 000 avocats du cabinet sont à l’origine de ces excellents résultats. Notre capacité d’innovation au profit de nos clients partout dans le monde a également joué un rôle moteur dans la croissance de notre chiffre d’affaires » déclare Arnaud Cabanes, Managing Partner de Baker McKenzie à Paris.


L'innovation au cœur de la stratégie de la firme

L’année fiscale 2017 a été marquée par le lancement de la plateforme d’innovation de Baker McKenzie : cela se concrétise notamment par le partenariat avec le Forum économique mondial dans le cadre de son projet de « quatrième révolution industrielle » ayant pour but d’encourager le développement de la technologie et de la science au service des individus et de la société, tout en minimisant les risques induits. Enfin, Baker McKenzie a récemment annoncé l’ouverture de son hub Whitespace Collab à Toronto, qui vise à encourager la collaboration entre la firme et ses clients. En mai, le cabinet est devenu le premier à utiliser l’intelligence artificielle à l’échelle mondiale.

Ces initiatives dopent les performances financières du cabinet : notre Global Service Center de Belfast, notre plateforme e-discovery et la mise en œuvre du legal project management ont représenté, selon nos estimations, plus de 20 millions de dollars de chiffre d’affaires sur la période.


Des expertises et des secteurs en croissance

Le groupe sectoriel Technologie, Média & Télécoms a enregistré la plus forte croissance sur l’exercice. Afin de renforcer son expertise sectorielle auprès de ses clients, Baker McKenzie a lancé cette année deux nouveaux groupes : Biens de Consommation et Commerce de Détail, ainsi que Industrie et Transport.

Les expertises suivantes ont également connu une croissance soutenue durant l’année fiscale 2017 : Fiscalité, Litiges et Arbitrage, Banque & Finance, Fusions-Acquisitions et Marchés de Capitaux.

Une implication sur des opérations d'envergure mondiale

Le cabinet est intervenu sur certains des deals et affaires les plus importants de l’année, parmi lesquels :

  • Le développement d’un Forests Bond par BHP Billiton en partenariat avec la Société Financière Internationale (membre de la Banque Mondiale). L’objectif est de réduire les émissions polluantes en associant protection de la forêt et développement d’activités au sein des communautés de l’Est du Kenya ;
  • La victoire de Dyson devant la Cour de justice de l’Union européenne relative à l’obligation des tests de performance énergétique des aspirateurs ;
  • La réallocation des 9,7 milliards de dollars de Yum! Brands suite à la scission de ses restaurants en Chine ;
  • L’acquisition par Konica Minolta, pour 1 milliard de dollars, d’Ambry Genetics Corporation, leader des solutions de diagnostic des maladies héréditaires ;
  • La fin du contentieux de Nike sur le traitement des crédits d’impôt étrangers ;
  • Le prêt de Siemens de plusieurs millions de dollars à Stoneway Capital Corporation dans le cadre d’un projet de construction d’une centrale thermique à Buenos Aires d’un montant de 500 millions de dollars. Cet investissement utilise pour la première fois depuis 25 ans des obligations dans le financement de projets en Argentine ;
  • Le carve-out et la vente, par Emerson Electric, pour 4 milliards de dollars, de sa filiale de réseau d’énergie à Platinum Equity. Un carve-out complexe impliquant plus de 60 pays et des problématiques juridiques diverses.

Une renommée internationale et de nombreuses distinctions

Pendant l’année fiscale 2017, Baker McKenzie a reçu plusieurs prix internationaux :
Pour la huitième année consécutive, Baker McKenzie est le cabinet d’affaires qui est intervenu dans le plus grand nombre d’opérations transfrontalières selon Thomson Reuters. Plus de 65 % des opérations réalisées par le cabinet sont transfrontalières ;
Pour la douzième année consécutive, la firme arrive en tête pour les opérations impliquant des pays émergents, tant par le nombre d’opérations annoncées que par le nombre d’opérations réalisées ;
Acritas a désigné Baker McKenzie comme ayant la meilleure image de marque parmi les cabinets d’avocats d’affaires pour la septième année consécutive ;
Baker McKenzie a été distingué par le magazine Working Mother, Law360 and Euromoney pour les conditions de travail des femmes au sein du cabinet ;
Baker McKenzie est enfin le cabinet le mieux référencé dans le guide « Chambers Global 2017 ».

Une politique de ressources humaines dynamique et égalitaire

En 2017, le cabinet a recruté 59 associés, parmi lesquels des hauts fonctionnaires, des talents d’autres cabinets internationaux ainsi que des conseillers juridiques de multinationales. Le cabinet est en pleine expansion en particulier à Londres, à New York et en Chine, où un quart de ses recrutements ont été réalisés. 80 nouveaux associés ont également été promus au niveau mondial. La firme comptabilise désormais 1 600 associés. 42 % des avocats et 26 % des associés sont des femmes, ce qui témoigne de la volonté du cabinet de renforcer l’égalité entre les femmes et les hommes.

En guise de conclusion, Paul Rawlinson affirme : « Baker McKenzie a plus de 60 ans d’expérience dans le conseil et l’accompagnement de ses clients à travers le monde. Malgré la volatilité de l’environnement macroéconomique et un marché difficile, nous sommes confiants pour les 12 mois à venir ».