Céline Lherminier, Associée, Seban & Associés

Interviews
TAILLE DU TEXTE

celine lherminierLe Monde du Droit a interrogé Céline Lherminier qui vient d'être nommée Associée au sein du cabinet Seban & Associés.

Pourquoi avez-vous décidé de rejoindre SEBAN & ASSOCIES ?

Lorsque j’ai rejoint le cabinet Seban en 2006, il disposait d’une grande expertise dans les principaux domaines du droit public, qu’il s’agisse de la commande publique, de la domanialité, de la fonction publique et bien sûr de l’urbanisme. Le cabinet était alors en plein dynamisme, en pleine croissance, que je mesure aujourd’hui en constatant qu’il comptait alors une vingtaine d’avocats et que ses effectifs ont depuis plus que triplé.

Le droit de l’urbanisme, de l’aménagement et de l’action foncière était déjà un service offert à nos clients ; mais Didier Seban a eu très tôt le sentiment qu’il fallait développer ces spécialisations et que le pôle urbanisme-aménagement-foncier avait une place à prendre sur ces secteurs emblématiques. N’oublions pas qu’un élu joue souvent son mandat sur un projet d’aménagement.

L’objectif était d’enrichir notre offre afin de proposer un accompagnement plus complet et pointu sur des opérations d’aménagement aussi techniques que stratégiques pour les acteurs publics, et de faire émerger un pôle consacré au montage des opérations d’aménagement, passant par le choix des procédures à mettre en œuvre, la maîtrise du foncier et les questions de financement et d’environnement. Ce projet sur le long terme m’a immédiatement séduite.

Pouvez-vous nous décrire votre parcours ?

Ma route n’a jamais dévié de celle du Palais. Après des expériences dans des structures anglo-saxonnes et une année passée dans un cabinet français spécialisé en droit public, j’ai eu envie de pratiquer différemment la matière et d’un nouveau dynamisme et ai très vite rejoint le cabinet SEBAN & ASSOCIES.

Qui a le plus influencé votre carrière ?

Comme beaucoup de confrères, je partage le quotidien d’un avocat. Cela présente le grand avantage de pouvoir compter sur une personne qui comprend les enjeux de cette profession et qui m’a toujours été d’un grand secours lorsqu’il m’a fallu faire certains choix stratégiques, et cela ce n’est pas rien. On ne peut, par ailleurs, pas exercer au sein du cabinet SEBAN & ASSOCIES sans s’étonner de l’énergie sans cesse renouvelée de Didier Seban et de sa vision stratégique du métier d’avocat. J’ai énormément appris à ses côtés sur la proximité des liens à tisser avec les clients, la compréhension de leurs attentes et la capacité d’écoute qu’ils attendent de leur conseil.

Quel est votre meilleur souvenir dans votre carrière ?

On ne mesure pas à quel point les règles du droit de l’urbanisme et de l’aménagement, en ce qu’elles sont complexes et en perpétuelle évolution, sont susceptibles de laisser les acteurs publics dans un grand désarroi, pour des projets d’envergure, qu’il s’agisse des montants des investissements publics, de leur implication dans la vie quotidienne des concitoyens, ou de leur dimension stratégique dans l’héritage que des élus entendent laisser à leur ville. Plus qu’ailleurs me semble-t-il, la fonction de conseil est essentielle. C’est en cela que je puise l’énergie pour pratiquer cette matière : en découvrant un nouvel espace public, un quartier complètement renouvelé, des portions de territoire rénovées, des nouveaux équipements publics, dont je sais qu’il aura fallu des années de conseil – et parfois de contentieux - pour les voir sortir de terre. En les découvrant pour la première fois, j’éprouve toujours une grande satisfaction – dont je ne me lasse jamais – de mesurer à quel point ces projets, pour lesquels nous nous sommes battus, ont pu améliorer le quotidien des habitants. Je pense notamment aux grands équipements publics, sportifs ou culturels, tels que les musées, les stades, ou encore les gares, les infrastructures routières – dont j’ai « sauvé » le permis de construire ou les autorisations administratives entourant leur réalisation - et qui ont donc pu être réalisés grâce à ce résultat contentieux.

Quels sont vos domaines de compétences ?

Le droit de l’urbanisme, de l’aménagement et le droit foncier.

Quels sont vos objectifs pour ce cabinet ?

Notre équipe d’aménagement, d’urbanisme et de foncier intervient déjà sur l’ensemble des aspects que recouvrent ces matières (tant les aspects commande publique, environnement que financement), sur des projets très ambitieux et emblématiques. Je constate toutefois que les acteurs du monde public ont toujours besoin de plus d’accompagnement et de conseil sur une matière très instable, puisque les réformes (des règles et des outils) succèdent aux réformes, en présentant un degré de technicité toujours plus élevé. Je souhaite donc avant tout renforcer notre présence quotidienne au côté des collectivités et de leurs outils en les assistant à tous les niveaux et sur l’ensemble des phases du projet. Je souhaite également renforcer nos liens avec les autres acteurs de ce marché (architectes, urbanistes consultants, experts) pour interagir avec eux et offrir à nos clients un service plus global et harmonisé. Il y a encore beaucoup à faire.

Propos recueillis par Arnaud Dumourier (@adumourier)