Reprise de GO Sport par Intersport : rôle de Weil dans cette opération

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

Laura Bavoux, counsel chez Weil, évoque le rôle du cabinet international dans le cadre de la reprise de GO sport par Intersport.  « Nous avons […] accompagné Intersport France dans la construction de son offre, en l’assistant dans la détermination des éléments clés, mais aussi dans l’anticipation des questions pressenties pour chacune des rencontres avec les parties prenantes […], afin d’avoir des réponses préparées, claires et sans équivoque » explique-t-elle.

Pouvez-vous nous rappeler le contexte de cette opération ?

La reprise de Go Sport par Intersport France s’inscrit dans le prolongement de l’ouverture, en début d’année, de procédures de redressement judiciaire au bénéfice des sociétés du groupe Go Sport (82 magasins intégrés et 1.801 salariés), groupe structurellement en pertes depuis plusieurs années en raison principalement d’un manque croissant d’investissements pour lui permettre d’atteindre une taille critique et d’assumer son positionnement de généraliste sur le marché de la distribution d’articles de sport en France.

Dans ce contexte, un appel d’offres a été initié par les administrateurs judiciaires le 3 février 2023. Plusieurs candidats repreneurs se sont manifestés sur des offres globales, dont Intersport France, en partenariat avec Al Mana s’agissant de la reprise de la marque, et le groupe Fraser.

Le 28 avril dernier, le Tribunal de commerce de Grenoble a validé, selon l’avis unanime de l’ensemble des parties consultées dans le cadre de la procédure, l’offre de reprise portée par Intersport France et prévoyant la reprise de 72 magasins et de 90% des effectifs.

Quel a été votre rôle dans cette opération ?

Notre rôle a consisté à accompagner Intersport France dans la construction, la structuration et la sécurisation auprès des différentes parties prenantes d’un projet de reprise ambitieux et mûrement pensé s’inscrivant dans le cadre d’une véritable réflexion sur l’évolution du secteur de la distribution d’articles de sport.

Du point de vue de la technique juridique, la reprise de Go Sport en plan de cession, qui consiste à reprendre uniquement les actifs d’une entreprise à l’exclusion de tout passif excepté quelques rares exceptions, présentait finalement assez peu d’écueils comparativement à d’autres dossiers si ce n’est la question du traitement des stocks commandés en période d’observation par les administrateurs judiciaires et celle de la reprise de la marque Go Sport par une joint-venture détenue par Intersport France et son partenaire Al Mana pour des raisons de recevabilité de l’offre.

En revanche, nous avons eu à jouer un rôle pédagogique majeur à deux égards. D’une part, à l’égard du Tribunal, des organes de la procédure (administrateurs et mandataires judiciaires) et des salariés dès lors que l’offre de reprise était portée par Intersport France, une société coopérative commerciale dont l’actionnariat est composé de plus de 300 entrepreneurs indépendants tous propriétaires de leurs magasins, ce qui est pour le moins inhabituel. Il a ainsi fallu sensibiliser et convaincre l’ensemble des intervenants du caractère vertueux du modèle coopératif qui a depuis de nombreuses années prouvé son succès dans le secteur de la distribution, ainsi que sur la solidité financière d’Intersport France et la puissance de sa centrale d’achat. D’autre part, à l’égard d’Intersport France dans la construction d’un projet économique permettant de répondre aux attentes du Tribunal, des organes de la procédure et de la collectivité des salariés notamment en termes de périmètre repris et de maintien de l’emploi (sur ce sujet au-delà de la reprise de plus de 90% des effectifs, de nombreuses solutions de reclassement ont été proposées) tout en permettant à Intersport France de déployer un projet ambitieux visant à repositionner la marque Go Sport sur la verticale des sports outdoor et à créer à Grenoble un pôle d’excellence dédié à cette activité. In fine, c’est une solution équilibrée pour l’ensemble des parties qui a émergé.

Nous avons ainsi accompagné Intersport France dans la construction de son offre, en l’assistant dans la détermination des éléments clés, mais aussi dans l’anticipation des questions pressenties pour chacune des rencontres avec les parties prenantes, et notamment celles des salariés, des organes de la procédure et du Tribunal, afin d’avoir des réponses préparées, claires et sans équivoque.

Quelles sont les caractéristiques de cette opération ?

Opérationnellement, la reprise de Go Sport par Intersport France permet :

  • la reprise de 72 magasins sur 82 par le réseau Intersport France ;
  • la préservation de 1.663 emplois sur 1.801 salariés ;
  • la création d’un ambitieux pôle d’excellence outdoor à Grenoble ; et
  • le maintien de la marque Go Sport, recentrée autour de l’activité outdoor.

Juridiquement, comme indiqué précédemment, la principale caractéristique de l’opération réside dans la faculté qui a été sollicitée par Intersport France auprès du Tribunal de pouvoir se substituer pas moins de 40 membres adhérents de son réseau dans le cadre de la reprise des magasins. La pratique imposant de démontrer la solidité financière de chaque repreneur substitué, il nous a fallu construire autant de prévisionnels d’exploitation que de magasins repris et, pour chaque membre adhérent, communiquer les éléments financiers permettant de démontrer leur surface financière, ce qui est unique à une telle échelle.

Propos recueillis par Arnaud Dumourier (@adumourier)


Legaltech Inside : DiliTrust digitalise et automatise les directions juridiques

Legaltech Inside : Livv, la legaltech du droit économique

Lex Inside du 26 mai 2023 :