L'humour douteux du verbicruciste, motif de rupture ?

Contrats
Outils
TAILLE DU TEXTE

La cour d'appel de Paris valide la rupture brutale par un organe de presse du contrat qui le liait à un créateur de mots fléchés ayant fourni une grille contenant une solution qualifiée par le juge comme une "moquerie grossière et insultante" de nature homophobe.

Un autoentrepreneur exerçant une activité de verbicruciste a créé des grilles de mots fléchés publiées dans Le Journal du Dimanche. L'éditeur de l'hebdomadaire lui a notifié la rupture de leurs relations commerciales au motif qu'il avait introduit dans sa livraison du 29 septembre 2019 une solution injurieuse homophobe : à la définition "plus à voile qu'à vapeur", la réponse à trouver était "tapette" et "gréées".Le verbicruciste a contesté toute faute et dénoncé la brutalité de la rupture. Dans un arrêt rendu le 25 octobre 2023 (n° (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne
Lex Inside du 1er mars 2024 :

Lex Inside du 27 février 2024 :

Lex Inside du 20 février 2024 :