Irène Leger : « J'aimerais développer ma pratique de manière de plus en plus internationale »

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

Irène Leger, nouvellement nommée counsel chez Staunch, la nouvelle boutique néerlandaise spécialisée en arbitrage et contentieux, se confie au Monde du Droit. Elle revient sur son parcours d’avocate française qui fait carrière aux Pays-Bas et évoque les défis qui l'attendent chez Staunch.

Quelle est votre formation ?

Ma formation initiale s'est déroulée en France. J'ai obtenu un master à la Sorbonne et un master 2 à Assas. J'ai ensuite poursuivi avec un LLM à Londres, me spécialisant davantage en règlement des litiges. C'est là que j'ai vraiment développé mon intérêt pour l'arbitrage international.

Et ensuite ?                      

Après mes études, j'ai effectué des stages à Londres et à Genève avant de retourner à Paris et de travailler comme collaboratrice dans une boutique d'arbitrage et de contentieux appelée Teynier Pic. J'y suis restée presque sept ans, acquérant une expérience précieuse à la fois en arbitrage et en contentieux.

Comment êtes-vous arrivée aux Pays-Bas ?

Au bout de ces sept années, j'ai ressenti le besoin de retrouver un aspect plus international dans mon travail. C'est à ce moment-là que les opportunités se sont présentées pour moi aux Pays-Bas. Mon mari est israélien, et nous cherchions un pays neutre où s’installer où l'anglais était parlé. De Brauw cherchait des collaborateurs internationaux spécialisés en arbitrage. C'était donc une occasion parfaite pour moi de bouger à Amsterdam. Ce changement a transformé radicalement ma manière de travailler, avec un angle beaucoup plus international et l'utilisation majoritaire de l'anglais, même si nous avions toujours des dossiers liés à la France.

Au début du mois de septembre, j'ai rejoint Staunch, une boutique composée d'anciens collègues de De Brauw, avec lesquels je travaille sur des arbitrages et contentieux internationaux.
Nous sommes actuellement six avocats dans le cabinet. Notre ambition est de nous positionner sur le marché néerlandais en tant que boutique spécialisée en règlement des litiges, avec un focus particulier sur l'arbitrage international. Mon objectif est aussi de développer les synergies avec la France, soit dans des arbitrages avec des clients français ou comme co-conseil de cabinets français, soit dans les problématiques de reconnaissance, d'exécution ou d’annulation de sentence aux Pays-Bas.

Comment voyez-vous l'évolution de votre pratique dans les prochaines années au sein de ce cabinet ?

Travailler depuis les Pays-Bas sur des dossiers d’arbitrage commercial ou d’investissement liés à la France mais aussi au Benelux et aux autres pays francophones serait parfait pour moi. C'est également une volonté du cabinet d'intégrer ce type de dossiers du fait de ma présence et de mon expérience à Paris. Mais idéalement, j'aimerais développer ma pratique de manière de plus en plus internationale. Notre objectif est vraiment de nous démarquer en tant que spécialistes de l'arbitrage dans ce marché néerlandais encore en développement.

Propos recueillis par Arnaud Dumourier (@adumourier)


Lex Inside du 27 février 2024 :

Lex Inside du 20 février 2024 :

Lex Inside du 16 février 2024 :