Baromètre de satisfaction des juristes d'entreprise 2024 : des juristes très satisfaits malgré des défis persistants

Juriste
Outils
TAILLE DU TEXTE

Oxygen+, en partenariat avec l’Association Française des Juristes d’Entreprise (AFJE) et le Cercle Montesquieu publie le 4ᵉ Baromètre national sur la satisfaction des juristes d’entreprise avec un focus spécial IA.

Pour sa 4e édition, le Baromètre national de satisfaction des juristes d’entreprise évalue une nouvelle fois le niveau de satisfaction des juristes. La spécificité de 2024 réside dans l'examen de l'IA, un sujet d’actualité. Ce baromètre permet à chaque juriste de comparer son niveau de satisfaction avec celui de la communauté des juristes d’entreprise et fournit aux dirigeants des directions juridiques des clés pour améliorer encore davantage la satisfaction des juristes.

Cette 4ᵉ édition du baromètre a été réalisée en avril et mai 2024 auprès de 464 juristes d’entreprise. En plus des 8 questions essentielles, 3 questions sur le harcèlement et la discrimination ainsi que 10 questions sur l’IA ont été ajoutées.

« Une édition 2024 qui vient confirmer les tendances des précédentes éditions tout en marquant un petit fléchissement sur le niveau de leur satisfaction. Trois axes prioritaires d’amélioration portent sur la rémunération, la reconnaissance et la valorisation au travail. A retenir encore que la charge mentale des juristes reste très importante comme la situation de burn-out que vivent de nombreux juristes ! C’est une source de préoccupation. A noter également, le harcèlement sexuel ou moral ainsi que la discrimination sont des réalités au sein des directions juridiques. C’est un appel à agir pour améliorer la situation ! Côté « IA », les juristes sont globalement enthousiastes et positifs et plus encore, ils sont très avancés sur leur utilisation. Les juristes ne craignent pas l’arrivée de l’IA tout en étant lucide que cela va forcément changer leur mode d’exercice ! » précise Stéphane Lefer, avocat fondateur d’Oxygen+.

Des juristes satisfaits (-3 points)

79% des répondants sont globalement satisfaits, ce qui reste un score très élevé dont on peut se féliciter. Il est toutefois à noter une légère inflexion par rapport à 2023 et 2022. On retrouve le score de 2021.

L'ambiance de travail au sein de la direction juridique baisse très légèrement (-1 point) mais les valeurs restent élevées (plus de 8 juristes sur 10 satisfaits !).

Des juristes encore plus satisfaits du rapport présentiel/télétravail (+5 points)

Le rapport présentiel/télétravail satisfait 85% des juristes et progresse fortement avec +5 points par rapport à 2023 et par rapport à 2021 c’est au total une progression de 14 points !

Des juristes qui attendent pour nombre d’entre eux une meilleure rémunération, une meilleure reconnaissance et des perspectives d’évolution

53% des répondants sont globalement satisfaits de leur rémunération, chiffre stable. S’agissant des perspectives d’évolution, il faut retenir que malgré les variations entre 2021 et 2024, nous avons toujours depuis 4 ans environ 6 juristes sur 10 qui sont négatifs sur leurs perspectives d’évolution ce qui est un chiffre élevé. Même constat sur la valorisation au travail, 3 juristes sur 10 ont le sentiment de ne pas être pas reconnus pour le travail effectué !

De nombreux juristes supportent encore une charge mentale importante, même si on note une inflexion (- 4 points), ou une situation de surmenage (30%)

Près de 8 juristes sur 10 déclarent supporter une charge mentale importante, chiffre qui marque toutefois une légère inflexion pour cette année. Un sujet d’une particulière attention pour les années à venir d’autant qu’ils sont toujours près de 20% à mettre la note maximale indiquant être « absolument d’accord » avec le constat que leur charge mentale est importante.

Une attention particulièrement doit être portée vis-à-vis des 30% des sondés qui déclarent qu’ils se considèrent actuellement en situation de surmenage (burn-out) !

Harcèlement et discrimination

9% des juristes considèrent avoir vécu des faits de harcèlement sexuel dans sa carrière, 43% des faits de harcèlement moral et 28% des situation de discrimination. Comme toute population dans les entreprises les juristes ne sont pas exempts de subir des agissements de harcèlement et de discrimination. Cela doit être une priorité pour les directions juridiques de faire baisser ces chiffres dans les années à venir.

L’IA et les juristes d’entreprise, une acculturation digitale

50% des juristes ont déjà utilisé l’IA générative de type ChatGPT pour des raisons professionnelles ce qui bien plus élevé que les 17 à 22% des actifs en France (toutes professions confondues). On s’en félicitera ! 20% des juristes ont utilisés un outil d’IA dédié aux métiers du droit. Ce sont des chiffres significatifs démontrant une adhésion des juristes à cette nouvelle technologie d’autant que 9 juristes sur 10, ou 8 juristes sur 10 pour l’IA dédiée aux métiers du droit, ont une expérience positive ou très positive de l’utilisation qu’ils en ont fait !

Très positif aussi, 8 juristes sur 10 considèrent que l’IA va aider leur direction juridique à mieux accomplir ses missions et tout autant (8 sur 10) considèrent que l’IA va impacter positivement leur travail personnel.

Pour un grand nombre de juriste, l’IA n’est pas une menace pour leur emploi et de manière générale les juristes se considèrent « enthousiaste » à l’égard de cette technologie qui est même considéré pour nombre d’entre eux comme une « opportunité ».

Pour Jean-Philippe Gille, Président de l’AFJE : « A l’AFJE, nous sommes fiers d’accompagner et de guider ce métier et ces professionnels engagés qui s’épanouissent au quotidien dans l’exercice de leur fonction. L'influence grandissante de notre métier dans l’entreprise et la société s'accompagne de nouvelles responsabilités, parfois, d’une intensité accrue. Ce constat appelle à des évolutions nécessaires : renforcer la gouvernance, améliorer le management, et intégrer des outils innovants comme l’IA ... Le positionnement et le déploiement des directions juridiques évoluent en ce sens pour mieux soutenir ses membres et continuer à valoriser leur contribution essentielle.»

Pour Martial Houille, Président du Cercle Montesquieu : « Le Baromètre 2024 met en lumière les profondes transformations auxquelles les juristes d'entreprise sont confrontés. Face aux chocs technologiques et de conformité, il est impératif de réévaluer en permanence notre capacité à appréhender les risques et à adapter nos responsabilités. La profession doit également relever des défis majeurs tels que le télétravail et l'impact de l'intelligence artificielle, tout en gérant la charge mentale et le harcèlement. Le droit dans l’entreprise devient un pilier stratégique, conciliant conformité et objectifs économiques. Ce baromètre est là pour nous aiguiller dans ces transformations. »


Grenelle du Droit 5 : Thomas Baudesson, candidat au co-bâtonnat de Paris

Grenelle du Droit 5 : Louis Degos, candidat au bâtonnat de Paris

Grenelle du Droit 5 : Besma Boumaza, vice-présidente de l'AFJE